La borie

L'origine de l'édifice est sans doute liée à une famille de Sabazac qui a été confondue, à tort semble-il, avec celle de Sabanac positionnée autour de Catus. En 1314, Bénech de Sabazac, fils de feu Bénech bourgeois de Cahors, agissant pour lui-même et pour trois frères et sœurs, cède par échange les parts qu'ils possèdent de la "fortalicia" de Savanac à Sicard de Jean. A la génération suivante, Savanac appartient à plusieurs "parciers", dont une Jeanne de Sabazac, dont la famille s'est donc maintenue dans les lieux. On a encore mention en 1374 d'un Bertrand Metge, damoiseau et seigneur de Savanhac (V. Rousset 1993). Le fait que ses propriétaires aient détenu la directe et la justice jusqu'à 60 sols, sous la haute justice des Gourdon, seigneurs de Laroque-des-Arcs, conduit à s'interroger sur les origines purement bourgeoises du domaine, sans que la documentation ne permette de répondre. La "borie" et son domaine sont acquis par le Collège Pélegry de Cahors en 1463.

L'édifice s'est constitué, comme la borie de Lamagdelaine, à partir d'un premier logis assez modeste, que les formes de ses fenêtres conduisent à attribuer au deuxième tiers ou à la seconde moitié du 13e siècle. La tour et le logis constituant l'aile ouest sont plus récents et doivent dater de l'extrême fin du 13e siècle ou des premières décennies du siècle suivant.

La borie de Savanac classé monument historique

Découvrir la borie

« Le Cévenou »

Le four à pain que nous voyons à Savanac a été construit en 1877 sur la demande des habitants pour leurs usages exclusifs. Pour financer sa construction, le syndic du village donna ordre, en leur nom, de vendre des peupliers situés sur leur terrain indivis du Cévenou (actuellement sur l’emplacement de l’écluse).

Ce four fonctionna jusqu’à 1950 grâce à l’association « Le Cévenou » créé en 1913 avec les villageois d’alors, en remplacement du syndic. Mais tombé en désuétude, s‘écroulant, il fut vendu et démoli.

En 1977, les habitants décidèrent de le remettre en état.  Ces travaux furent exécutés au cours de l’été sur les fonds propres de l’association et les dons des habitants.
Les premières fournées accompagnèrent l’inauguration de la première « fête du pain » à l’automne. Les habitants et autres propriétaires non-résidents sont de fait tous membres de l’association sans cotisation. Le bureau élu se réunit chaque année en assemblée générale pour organiser un repas ou un apéritif afin de rassembler tous ses membres pour une journée de convivialité.

Texte rédigé avec l’aimable participation de Mlle Petit